vendredi 4 septembre 2015

Féminisme et question animale

Être féministe, c'est déjà jeter un pavé dans la grande mare consensuelle du paternalisme condescendant de la société patriarcale dont une majorité de femmes se contentent, voire trouvent accommodant pour les quelques "avantages" qu'il procure, masquant l'ampleur effrayante de la discrimination, de la pauvreté, des injonctions (sur)plombantes -au mariage, à la reproduction-, et de l'assommoir culturel qui nous matraque à longueur de journée que nous ne sommes au fond que des mineures, des irresponsables devant être cadrées (les religions sur le divorce et l'IVG, notre tenue, entre autres) des méchantes (les femmes, c'est pire, entend-on souvent), et des incapables au sens juridique et professionnel du terme.

Alors en plus, être végétarienne/végane et prétendre que l'oppression des mâles suprémacistes sévit aussi dans la façon dont la société (mâle)traite les animaux, nos "frères inférieurs" (la hiérarchie est consubstantielle au système), notamment les femelles animales dont le corps est exploité jusqu'au trognon par les éleveurs, les animaux mâles considérés pour la plupart inutiles, ou même des surnuméraires dont on doit se débarrasser au plus vite : là on va vous dire que vous poussez le bouchon. Mauvaise convive, aigrie qui voit le mal partout, mal baisée, mange ce qu'on met dans ton assiette, sers nous le café et fais la vaisselle après. Les rituels de table chez les humains se veulent consensuels et festifs, ils ne laissent pas de place aux opinions / options discordantes de celles qui ont des états d'âmes vis à vis du morceau de cadavre qu'on prétend leur faire manger, et qui pinaillent sur la façon dont l'animal a été élevé, transporté, puis tué. "C'est que des bêtes, après tout, et il y a tellement de malheur chez les humains, charité bien ordonnée, bla, bla, bla..", vous connaissez, on vous a tellement cassé les ovaires avec. Sans compter que vos opinions peuvent donner des idées et déteindre sur les enfants présents à la même table, où le dressage patriarcal contre l'empathie s'exerce là aussi, férocement. Feminist killjoy, va.


Et bien, bonne nouvelle, sachez que vous n'êtes pas seules. L'UQAM (Université du Québec à Montréal) tenait la semaine dernière son 7ème Congrès International en Recherches Féministes dans la Francophonie (CIRFF) dont une journée était consacrée aux Approches féministes en éthique animale et environnementale. Y participaient plusieurs écoféministes de renom dont j'ai déjà parlé sur ce blog. Il fallait donc être à Montréal mercredi 26 août ! La notion d'écoféminisme a été inventée en France, mais elle s'est exportée, les françaises n'en ont rien fait ;(( Pour celles qui comme moi n'étaient pas à Montréal, à défaut d'avoir assisté à la conférence d'Elise Desaulniers, par exemple, j'ai sélectionné ses slides à propos de la parole des femmes sur la question animale. Il suffit de cliquer sur la flèche jaune à droite pour les faire défiler ; c'est mieux aussi en fonction plein écran, à droite, dans la marge du bas. Elle y dit que dans les associations de protection animale, comme partout, dès que des femmes pionnières ont inventé, imposé l'idée et défriché le chemin, les hommes arrivent, industrialisent et... prennent le pouvoir. Que la parole des femmes, frappées du syndrome de Cassandre, ne porte pas ; que nous serions trop émotives et que l'émotion n'est légitime que quand ce sont des hommes qui l'expriment... et que la colère est nettement mieux portée par eux, les femmes, elles, sont hystériques...Bref, là comme ailleurs, l'affreux patriarcat sévit à plein.



Ressources
En complément d'information on peut aller sur quelques sites de philosophes et écoféministes :
Penser avant d'ouvrir la bouche, le site d'Elise Desaulniers
La page académique de Marie-Anne Casselot, philosophe féministe québécoise, son Twitter
Le site de Christiane Bailey
Le site de Frédéric Côté-Boudreau
Mon article tiré de Growl de Kim Stallwood : Les hommes et la violence
et en anglais : 
Human Animals studies 
Le blog de Carol Adams.
 

vendredi 28 août 2015

Voix de femmes

On m'a offert ce beau livre paru en 2012 aux Éditions Turquoise : il s'agit d'une anthologie de poèmes de femmes illustrée par des photographes femmes. On a tellement l'habitude de voir des anthologies où ne figurent guère que des hommes, puisque la totalité de l'art, c'est encore et toujours eux, que l'initiative est à saluer. Lecture pour soi, ou idée de cadeau pour les autres, la sélection (et la traduction) de poèmes et de photographies de femmes des cinq continents est une splendeur.

Je vous en ai sélectionné trois, selon ma sensibilité et mon arbitraire. De Taslima Nasreen, poétesse bangladeshie, ce poème écrit en 1962, traduit du bengali :

Un mariage de bon augure 
Ma vie,
Un homme hideux s'en est emparé
Comme on s'empare d'une île dans l'estuaire.

Mon corps, il l'a voulu tout à lui.
Si l'envie le prend, il peut me pincer les fesses,
Me cracher au visage, me mettre une gifle,
Si l'envie le prend, il peut déchirer mes vêtements,
Pétrir ma beauté nue.
Si l'envie le prend, il peut m'arracher les yeux.
Si l'envie le prend, il peut m'enchaîner.
Si l'envie le prend, il peut user du fouet.
Si l'envie le prend, il peut me couper les doigts, les mains,
Si l'envie le prend, il peut jeter du sel sur mes plaies
Et de la poudre de piment rouge sous mes paupières.
Si l'envie le prend, il peut me fendre les cuisses à la machette.
Et si l'envie le prend,
Pourquoi ne me pendrait-il pas à la plus haute poutre ?

Il voulait que mon cœur lui soit absolument soumis.
Que je l'aime
Et que la nuit dans la chambre désertée, seule,
Inquiète, sans sommeil,
Je pleure contre la poignée de la fenêtre.
Que je cuise le pain avec mes larmes.
Que j'avale comme nectar tous les jus de mon corps.
Que le désir me fasse fondre comme bougie.
Que je ne lève jamais les yeux sur un autre homme.
Que toute ma vie je lui donne des gages de fidélité.
Et que, pleine d'amour pour lui,
Par une nuit de clair de lune,
Une folle passion me pousse au suicide.
Taslima Nasreen


Un poème de Sappho - Grèce antique, 7è, 6è siècle avant notre ère, traduit du grec ancien par Marguerite Yourcenar. Les poèmes de Sappho ont été détruits et on n'en possède plus que des fragments. Habituel effacement des femmes et de leurs œuvres de l'HIStoire.

Et je ne te reverrai jamais
"... Et je ne reverrai jamais ma douce Attys,
Mourir est moins cruel que ce sort odieux ;
Et je la vis pleurer au moment des adieux.
Elle disait "Je pars. Partir est chose dure".
Je lui dis : "Sois heureuse, et va, car rien ne dure,
Mais souviens-toi toujours combien je t'ai aimée,
Nous tenant par la main dans la nuit parfumée,
Nous allions à ta source et rôdions dans les landes.
J'ai tressé pour ton cou d'entêtantes guirlandes ;
La verveine, la rose et la fraîche hyacinthe
Nouaient sur ton beau sein leur odorante étreinte ;
Les baumes précieux oignaient ton corps charmant
Et jeune. Près de moi, reposant tendrement
Tu recevais des mains des expertes servantes
Les mille objets que l'art et la mollesse inventent
Pour parer la beauté des filles d'Ionie...
Ô plaisir disparu ! Joie à jamais finie !
L'éperdu rossignol charmait les bois épais,
Et la vie était douce et notre cœur en paix..."
Sappho

Les photographies montrent des femmes dans toutes les occasions de leur vie : qu'elles soient aux champs, dans leurs maisons entourées d'enfants, au travail en usine, ou combattantes armées, en Israël par exemple. Celle ci-dessous me paraît bien illustrer la "polyvalence" des femmes, leur qualité de bêtes de somme rendant les "services" basiques et gratuits du maintien du confort de leurs familles, les seuls qui comptent finalement ; la femme et la bête surchargées sont métaphoriques des situations de surexploitation qu'elles subissent. (Un simple clic dessus pour agrandir les images).



Il n'y a pas que des poèmes engagés de femmes dénonçant l'oppression, on trouve aussi Thérèse d'Avila, la mystique chrétienne espagnole, et Hildegarde de Bingen, religieuse, femme de lettre allemande du 12ème siècle, abesse agréée par l'Eglise vu la multiplicité de ses talents. Elles sont 343, des antiques et des contemporaines, des connues et des moins connues, de tous les continents.



"Epuisée la Terre
Epuisés les humains les plantes l'eau les créatures
Epuisées les maisons de tant de destruction
Epuisées les rues du bruit des balles
Epuisés les hommes des hommes
Epuisés les gens de se terrer dans les caves
Épuisés de la solitude du sang
de l'intensité des clameurs
Il est temps que la paix féminine se lève dans les coeurs
Il est temps qu'ils mettent en ordre leur chaos
Il est temps qu'ils préservent la terre de leur spoliation accablante !
Ils sont épuisés et nous aussi
et vous demeurez inconscientes dans vos chuchotis
derrière les bracelets et les voiles épais
Vous êtes pourtant l'univers, la Terre, l'hier
le rêve et l'espoir !
[...]
Levez-vous... Levez-vous
les flots de l'obscurité ont atteint
les cîmes !

Bénie soit la Terre
lorsque les femmes se lèveront !"
Hamda Khamis - Poétesse barheïnie, traduite de l'arabe par Rania Samara.

Critiques de l'ouvrage chez L'autre Livre, Paris-Match.

samedi 22 août 2015

No Amnesty for women


Amnesty International, vénérable ONG (Organisation Non Gouvernementale) de défense des droits humains a  été créée  en 1961 en Grande Bretagne par un avocat, Peter Benenson, sensible à la question des droits des personnes isolées face à des états dans des cas d'emprisonnement et de torture. "Indépendante de tout gouvernement, d'intérêt économique, d'idéologie politique, ou croyance religieuse", Amnesty est aujourd'hui une puissante organisation comptant plus de
2 millions d'adhérents dans le monde, et nettement plus de sympathisants qui donnent leur signature à ses campagnes, sans adhérer. Ce qui en fait un mouvement puissant dont les prises de positions sont scrutées, anticipées et sujettes à lobbying et pression incessante de groupes d'intérêts. Les positions d'Amnesty sur l'IVG par exemple en 2007, avaient soulevé la colère du Vatican qui avait fait campagne contre l'organisation en demandant aux croyants chrétiens de ne plus lui verser un centime de don parce que celle-ci proposait de décriminaliser l'avortement. On voit les enjeux.

Cette fin juillet, après "d'intenses débats", le BEI (Bureau Exécutif International, au panel exclusivement masculin) d'Amnesty vient de produire -je cite- une "Ligne de conduite relative à l'obligation des États de respecter et protéger les droits humains des travailleurs et travailleuses du sexe et de les laisser exercer ces droits". Fin de citation. La déclaration du BEI d'Amnesty, à consulter sur ce lien, est un modèle de jésuitisme et de mauvaise foi ! Sous couvert de protéger les droits humains des "professionnels du sexe", de leurs "patrons" et sous-traitants, hôteliers et chauffeurs de taxis par exemple (proxénètes caractérisés en droit, à peu près partout, en tous cas en France), l'ONG cautionne de fait les droits des exploiteurs de la misère (massive) des femmes, et le droit sacro-saint et éternel des clients de prostituées à aller tirer des coups ailleurs que dans les "liens sacrés du mariage", comme dit le Pape. Car le client de prostituées, rappelons-le, est en écrasante majorité marié et père de famille. Il est bien sûr que ces discussions ont été suivies de près par le puissant lobby de l'exploitation sexuelle et des clients, toujours impunis, de la prostitution. Voici comment, selon Janice Raymond, co-directrice de CATW (Coalition contre le Trafic des femmes), cela s'est passé, sur ce lien vers le site Sisyphe, ainsi que les contre-arguments.

Très ennuyées par cette prise de position d'Amnesty International, certaines directions d'antennes nationales prennent nettement leurs distances. Voici, sur ce lien, la prise de position de l'antenne française sur ce qu'ils appellent la "dépénalisation des tiers" : elle s'interroge sur la notion de "libre-choix" et sur l'efficacité et la pertinence de cette formulation. Elle précise qu'elle ne travaillera pas avec le législateur en France, sur le sujet en cours de la pénalisation du client : service minimum et neutralité. Alors que des pays s'engagent de plus en plus nombreux dans une politique volontariste d'abolition (non pénalisation, protection, mesures d'accompagnement de sortie de prostitution des personnes prostituées, criminalisation des clients, et lutte accrue contre toute forme d'exploitation sexuelle et de trafic des femmes, hommes (10 %) et des mineur.es en prostitution), Amnesty s'incline, elle, devant le lobby des proxénètes marchands de chair humaine -de femmes en écrasante majorité. Pas d'amnistie pour les femmes. Les associations féministes, qui estiment pour leur part n'avoir pas été écoutées lors des consultations de l'ONG, sont vent debout contre cette prise de position qui couvait depuis un an.

Voici quelques propositions de visuels et de nouveaux logos, émanant de ces associations, pour la nouvelle politique d'Amnesty en (dé)faveur des femmes :

Amnesty pour qui ?


Le proxénétisme n'est pas un crime - Impunity International. (Pimp : maquereau)

Chez les Effrontées : Appelez-moi maintenant AMENsty ! Avec men : hommes, à l'effigie de Shalil Shetty, l'actuel secrétaire général de l'ONG.


En espagnol - Amnesty International : 100 ans de recul des droits humains.

Impunité Internationale : protection des droits des maquereaux des acheteurs de sexe.

Liens supplémentaires : Prostitution et société, revue du Mouvement du Nid - Ressources Prostitution. @RessourcesPros, leur Twitter.
Il y a aussi le financement, nerf de la guerre : Georges Soros subventionne Amnesty via sa fondation Open Society Foundation, qui milite pour la réglementation du travail du sexe : lien ici vers le Site Sisyphe.

samedi 15 août 2015

15 août : Marie Isis

Le 15 août est la fête de Marie, le modèle de femme agréé par l'Eglise catholique vaticane, et ses pères fondateurs. Parce qu'il s'agit bien d'une religion de pères où on a tenté d'évacuer le féminin !


Marie est une déclinaison de la déesse Isis, la grande mère solaire des égyptiens. Isis est  veuve d'Osiris, son frère, et mère d'Horus : j'avais écrit un billet sur sa biographie par Florence Quentin, il y a quelque temps. Cette église intolérante aux femmes a tout de même dû se plier au désir populaire d'une figure féminine qui lui manquait terriblement. Marie, sainte populaire, est elle, tout à fait acceptable par le Vatican après les contre-modèles (normal pour une religion misogyne) de quelques femmes qu'on trouve dans la Bible judéo-chrétienne : Lillith qui dit carrément non à Dieu (quel culot !) quand il lui propose un compagnon, Eve la curieuse, qui dit oui, mais par qui la Chute et l'invention du péché arrivent, enfin Marie, troisième prototype, le bon enfin, qui dit oui à tout : "Je suis la servante du Seigneur".

Si elle a réellement existé, cette très jeune femme a très probablement été violée par un soldat romain dans la Judée occupée, et comme en patriarcat, idéologie des renversements, la victime devient fautive, pécheresse, le salopard de violeur ayant mis les bouts, et qu'une femme -enceinte de surcroît- est toujours plus facile à coincer, elle risque d'être mise au ban de la société en portant un enfant illégitime : "fille-mère", ça ne pardonne pas, même encore aujourd'hui dans plein d'endroits du monde ! Heureusement pour elle, un vieillard voulant joindre la charité à l'agréable, se propose de l'épouser : l'honneur est sauf, puisque son enfant a un père, tout finit bien. "Que la volonté de Dieu soit faite". Admirez le tour de passe passe : plus de violeur, plus de méchant, Marie est enceinte du "Saint-Esprit" et elle accepte son sort.
Cette thèse du Christ produit d'un viol n'est pas née dans mon cerveau enfiévré de mécréante, je l'ai entendue dans la bouche d'un respectable exégète de la passionnante série de Prieur et Mordillat  "L'origine du Christianisme" diffusée en 10 épisodes en 2006 sur Arte.
Je vous propose quatre icônes montrant comment la Vierge Marie a réincarné Isis l'Eternelle en s'en inspirant :



Trois "Isis lactans" de l'époque pharaonique (amulette, faïence).

La vierge en majesté de Notre-Dame d'Orcival (Puy de Dôme), vierge noire médiévale du XIIème siècle, carrément isiaque. On s'y tromperait.


Enfin, La Vierge au buisson de roses de Stephan Lockner (vers 1450), Marie, la "rose sans épines", sauf que la rose est un des attributs d'Isis : vie éternelle, connaissance et résurrection. Le serpent, symbole chthonien de vie et de fécondité est aussi un des attributs d'Isis, que Marie foule aux pieds dans l'iconographie chrétienne laquelle, ne pouvant s'en débarrasser, tente par là de le transformer en symbole du Malin. Sexisme et spécisme alliés de toujours, les serpents, universellement honnis comme les femmes, n'ont jamais fini de le payer. On voit un serpent sur la manche richement brodée de ce portrait d'Elizabeth 1ère en Isis.

Liens supplémentaires :
Puisque nous sommes en août, triste anniversaire des bombardements de Hiroshima et Nagazaki, allez jeter un œil sur ce billet de blog "Une histoire de mecs", à propos des "Little boy", "Fatman" et "Boksman" : quand les hommes enfantent, leur obsession de toujours, ils produisent des monstres.
En recherchant de l'iconographie pour ce billet, je suis tombée sur ce site matricien : Les mystères d'Isis, source de vie et inversion judéo-chrétienne. Je ne vous mets qu'un écran, mais on peut explorer le site. J'ai bien regardé, ils n'ont pas l'air de sectaires allumés, sauf si quelque chose m'a échappé.

Actualisation 21/8/15 : Grâce à la vigilance d'une lectrice que je remercie (voir les commentaires), sur deux écrans il y a des points de vue inconciliables avec les idées féministes : on peut lire que "le patriarcat n'existe pas plus que le matriarcat" sur le dernier paragraphe de ce lien ; et aussi que "le féminisme qui exige le partage de tout" est patriarcal (!), également dans le dernier paragraphe de cet autre lien.

" Je vis, je meurs, je suis orge, je ne péris point " *.

* D'où Jean, le "Taliban du Christ" selon Emmanuel Carrère dans Le Royaume, a tiré sa phrase "Si le grain ne meurt, il reste seul, s'il meurt, il porte beaucoup de fruits". C'est vraiment le coin des copieurs sans imagination. 

samedi 8 août 2015

Le lion et le dentiste


C'est une fable et comme dans toutes les fables, il y a une morale.
Un oligarque*, dentiste de profession, ayant fait fortune aux États-Unis en soignant les dents de riches américains, tombe du piédestal où il se croyait bien installé à cause d'un lion zimbabwéen. Cecil, lion, 11 ans, coulait des jours paisibles  au sein de sa famille dans la réserve nationale de Hwange au Zimbabwe ; Cecil Le Lion (nous sommes l'espèce qui donne des noms, rappelez-vous), porte une magnifique crinière noire et il est l'icône du Parc National. Fin juillet, grâce à la puce électronique qu'on lui a implantée, Cecil est identifié, hors de son parc, cadavre décapité par des braconniers : il a été attiré par une charogne, puis traqué pendant 40 heures avec un arc et des flèches, pour éviter d'attirer l'attention avec des coups de feu. Le Zimbabwe recherche d'abord un riche espagnol amateur de "chasse sportive", puis l'enquête révèle que c'est un dentiste du Minesota, Walter Palmer, le responsable, avec l'aide de deux rangers zimbabwéens qu'il a corrompus avec son argent. L'homme est un habitué des "chasses sportives" en Afrique, c'est un récidiviste. Il achète 50 000 dollars pièce les animaux qu'il traque. Ils ne prend bien entendu aucun risque, et le propos n'est pas de chasser pour se nourrir ou se vêtir, les anciens buts de chasse, il le fait pour son bon plaisir. D'ailleurs, on appelle ça "sport hunting" en anglais et "chasse sportive" en français. Tuer est un sport, en d'autres termes. Ils font ça généralement dans les pays en développement, ce qui dénote en plus, un racisme post-colonial bon teint.

Dans un précédent billet (Phallocentrisme du désastre -à partir du second paragraphe) j'ai évoqué la thèse de Carolyn Merchant dans Death of Nature, que la nature, comme les femmes, sont considérées comme "récréative", "re-créatives" par les hommes : des lieux où ils viennent se délasser, se ressourcer, se divertir. La chasse au lion, dans des parcs, ou en boîte (pour savoir ce qu'est la déshonorante chasse en boîte -canned hunting- voir ICI) fait partie de leurs délassements. On peut supposer qu'après le massacre récréatif d'un lion, d'un éléphant ou d'un ours, ils vont tirer d'autres coups dans les bordels des mêmes pays. Joyeuse complicité masculine consommatrice de ressources et fortement émettrices de gaz à effets de serre.

Sauf, que ce prédateur milliardaire, à force de vivre dans sa bulle de privilégié, a un peu ou même carrément ignoré que les opinions publiques ne supportent plus ces exactions d'un autre âge. De traqueur de bêtes fauves, il devient le gibier traqué par les réseaux sociaux. Son adresse, son téléphone, son mail sont dévoilés sur Internet. Sa maison est taguée, assiégée. Il doit se cacher pour échapper à la vindicte publique. Notez que je ne suis pour aucune chasse ni aucune mise à mort de qui que ce soit, humain ou animal : je suis anti-chasse. Mais là, j'ai un peu de mal à plaindre le mec en question. Soyons pragmatique : si ça peut faire office d'avertissement sans frais, le prochain hésitera davantage. D'autant que le personnage est un habitué du braconnage : il avait déjà tué un ours américain, protégé lui aussi dans une réserve. Puis une autre des ses victimes dévoile que Palmer, son ex employeur, est un harceleur sexuel qui lui a versé 127 000 $ au titre de dédommagement du préjudice. Le plaisir de la traque, là aussi : faire la proie se rendre après une longue poursuite, il y a indéniablement dans le harcèlement des similarités avec la chasse.

Morgue, arrogance, mépris 
Dégradation des femmes dans la pornographie, la prostitution, le tourisme sexuel et la maternité de substitution, où des êtres humain.es sont transformé.es en vile marchandise aliénable, dégradation des animaux en viande dans l'élevage, ou en gibier chassable : l'emblématique "roi des animaux" tiré en boîte ou traqué sans but hors celui de montrer son pouvoir et son argent, dégradation de la nature et des habitats naturels de la biodiversité en parcs de loisirs et bétonnages divers pour le profit de quelques puissantes entreprises qui accentuent la pression sur une Terre de moins en moins résiliente, la Terre et la Nature comme terrains de jeux : ainsi s'exerce au détriment des autres espèces, des autres humains, la prédation des hommes ayant-droit de privilèges patriarcaux ancestraux. Pour eux, le monde ne change pas. Et no safe place, plus de sanctuaire : Cecil le lion est leurré dans un parc naturel où les animaux sont protégés, les femmes sont tuées dans leur foyer où elles se croient en sécurité, enfin, les littoraux, les zones naturelles préservées sont en permanence déclassables pour des aménagements au service d'une envahissante humanité, au nom de la croissance biblique dans un monde fini, et surtout par des élus à mentalité de chambre de commerce qui ne comprennent pas que nous ne sommes juste qu'une des composantes d'un vaste ensemble d'une complexité extrême, difficilement appréhendable par le cerveau humain, et d'une grande fragilité.

Walter Palmer, bien que détesté par l'opinion publique est libre aux USA. Ses deux aides, rangers zimbabwéens, eux, ont été jugés et condamnés, à juste titre. Mais il est injuste qu'ils soient les seuls à payer pour leur mauvaise action. On peut aller signer une pétition sur le site de la Maison Blanche pour demander que Palmer soit extradé pour être jugé par le Zimbabwe.

A l'issue de cette mobilisation des réseaux sociaux, les compagnies aériennes sont en train de réviser leurs politiques libérales de transport de trophées de chasse, et le Zimbabwe vient de bannir la chasse aux trophées autour de ses réserves.

" La pratique de la virilité est de plus en plus en contradiction avec la vie sur la planète "
Kate Millet - La politique de mâle.

* Oligarque désigne un homme d'affaires enrichi et lié au pouvoir russe après le démantèlement de l'Union Soviétique. Mais la démocratie s'étant dévoyée depuis dans l'oligarchie, où ceux qui ont le pouvoir et ceux qui sont riches sont les mêmes, j'emploie le mot pour tout riche blanc ayant du pouvoir.

vendredi 31 juillet 2015

Mary Richardson : Slasher Mary, Mary la Balafreuse



Le 11 mars 1914, la suffragiste anglo-canadienne Mary Richardson attaque au hachoir la toile La Vénus à son miroir, tableau peint par Velasquez au milieu du XVIIème siècle espagnol, exposé à la National Gallery à Londres, pourtant déjà à l'époque protégé par une épaisse plaque de verre.

Amaigries, épuisées par des séjours en prison et des grèves de la faim à répétition, où elles sont douloureusement gavées par des geôliers sans pitié, les activistes suffragistes anglaises n'obtiennent rien, sauf les quolibets et la répression des patriarcaux sûrs d'eux et de leur pouvoir, refusant d'intégrer les femmes dans ce qu'ils appellent pourtant une "démocratie". En 1910, une répression brutale s'est abattue sur les suffragistes, deux femmes seront tuées et deux cent arrêtées. Quelques jours avant les coups de hachoirs, Emmeline Pankhurst, une autre proéminente suffragiste est arrêtée et incarcérée à Londres. Forcément, il y a de quoi se radicaliser.

Pourquoi je vous parle de ça cent ans après ? Parce que dans le numéro 1199 du du 15 juillet 2015 de Charlie Hebdo, Philippe Lançon, toujours en rééducation pour sa blessure au visage, livre son billet où, entre autres choses, il raconte être allé voir quelques jours avant l'ouverture au public, l'exposition Velasquez au Grand Palais avec sa chirurgienne. La Vénus au miroir, "rare nu de la peinture espagnole" figure dans l'exposition. Une restauratrice lui raconte l'acte de Mary Richardson en examinant la restauration du tableau à la lampe. Et Philippe Lançon de commenter le geste de Richardson : "C'était un acte politique contre une société dominée par les hommes, les discours des hommes. Et (rajoute-t-il) c'était un acte puritain". Ce qui m'a fait sursauter.

Vénus à son miroir AVANT : 





Vénus à son miroir APRES avoir tâté du hachoir de Mary Rchardson :


Puritain ? Les femmes c'est bien bon à poil, le cul à l'air, sur les tableaux dans les musées, c'est moins bien dans les assemblées masculines, les académies, et dans les isoloirs des bureaux de vote, a dû se penser Mary Richardson en fomentant son acte iconoclaste. Mais imaginez qu'elle ait décidé de lacérer au hachoir un Christ en croix  -c'est quand même bien le diable si on ne trouve pas un Christ à poil, supplicié, le divin service trois-pièces dissimulé sous un pagne à la National Gallery ? Imaginons maintenant qu'elle ait pensé à viser au hachoir les saintes couilles du Christ. Mais pensez un peu à ce qu'auraient dit les mâles au pouvoir ? Regardez, elles veulent nous émasculer, ces harpies -en anglais évidemment- si on leur donne le droit de vote, ça nous mène directement au statut d’eunuque sans couilles, pire même, sans la divine verge ensemenceuse ! Un pur cauchemar masculin. Je n'étais pas dans la tête de Mary Richardson et je suis bien hardie en vous livrant ses hypothétiques pensées, mais il faut tout de même reconnaître qu'on a tout le temps tort, même 100 ans après, ce sont toujours les hommes qui racontent l'histoire et en font le commentaire. Alors disons que c'est une tentative de donner un point de vue de femme, activiste aussi.

Il faudra attendre la fin de la meurtrière guerre 14-18 dont les hommes sont rentrés exsangues (les femmes seules ayant tenu les pays en guerre), 1918 exactement, pour que le suffrage "universel" soit étendu aux femmes anglaises de plus de 30 ans (21 ans pour les hommes !), puis encore 10 ans, 1928, pour que les femmes puissent voter à partir de 21 ans en Grande-Bretagne ! Il a fallu deux lois pour que les anglaises accèdent enfin à leurs droits civiques ! Emmeline Pankhurst mourra malheureusement en 1928, deux semaines avant de voir ça ! Mary Richardson s'engagera étonnamment dans la British Union of Facists pendant 2 ans avant de la quitter, déçue par leur insincérité envers la défense des droits des femmes. Elle meurt en 1961. Les femmes françaises, elles, devront encore faire une guerre (39-45) engagées à égalité numérique avec les hommes dans la Résistance, pour se voir accorder le droit de vote par décret, sans passer devant un Parlement peuplé de radicaux-socialistes, résolument hostiles au vote des femmes. Le militantisme féministe est une longue route raboteuse, semée de cahots.

vendredi 24 juillet 2015

Les hommes et la violence

" Scarcely a human being in the course of history has fallen to a woman's rifle ; the vast majority of birds and beasts have been killed by you, not by us ; it is difficult to judge what we do not share. " *
Virginia Woolf - Trois Guinées - 1938

Kim Stallwood est un activiste professionnel de la cause animale. Je l'ai déjà cité dans le billet précédent sur la conférence de Rennes. Il est aussi végane**, par compassion envers les animaux. Je vous propose la traduction de trois pages de son livre Growl, sorte de biographie et de conseils en stratégie d'un avocat de la cause animale où il aborde le sujet de la violence masculine. L'ouvrage est disponible seulement en anglais.

What is non violence ?  
" Un aspect final de l'engagement à la non-violence doit être mentionné : le rôle de la masculinité. J'espère avoir illustré à travers ce livre qu'être végane ne fait pas automatiquement de vous une "bonne personne", parce que vous pouvez adopter ce régime pour un certain nombre de raisons (telles qu'un bizarre désir de pureté corporelle, en couverture d'un désordre alimentaire, ou pour vous faire vous sentir supérieur) qui n'ont rien à voir avec le fait de vivre en montrant plus de compassion [...]. Dans un trope aussi éculé qu'il est faux (Berry, 2004, 33-34), plusieurs mangeurs de viande observent qu’Adolphe Hitler était végétarien, comme si, de quelque manière que ce soit, ce commentaire était une analyse pertinente de l'engagement des personnes végétariennes pour la santé des animaux, celle de la planète, et la leur.

Un autre fréquent et tenace même -ce serait lui donner trop de crédibilité que de l'appeler une ligne de pensée- est que ne pas manger de viande est de quelque façon un signe de féminité, de passivité et de faiblesse, et que, au contraire, manger la chair des animaux est un symbole de masculinité et de force. Dans ses écrits, Carol J Adams a exploré cette sexualisation de la consommation de viande et son parallèle, l'animalisation du corps des femmes et de ses parties, dans la pornographie et la publicité (1990). Avec d'autres auteures féministes, elle a aussi observé la violence masculine contre les femmes et les animaux -particulièrement, comme je l'ai noté, dans le contexte de menace ou de violences réelles envers les enfants et les compagnons animaux, pour contrôler et terroriser l'épouse.

Naturellement, les femmes aussi mangent de la viande et quelques femmes blessent leurs êtres aimés (hommes et femmes) mais l'évidence que rapportent journaux et différentes études suggèrent que la plupart des actes violents sont commis par les hommes : que ce soit contre d'autres êtres humains ou contre les compagnons animaux à la maison, en tuant des animaux sauvages, ou encore en tuant des taureaux sur un ring... Etc. Pour Adams et les autres, ces actes de violence sont des fonctions de la société patriarcale où les hommes sont définis par leur manque d'empathie ou d'intérêt pour les autres animaux, notamment les animaux domestiques.

"Les hommes dans nos sociétés patriarcales, écrit le vétérinaire Michael W Fox, peuvent parfaitement montrer de la cruauté envers les animaux, ou la justifier, car, plus que les femmes, ils empêchent leur empathie de se manifester quand ils font face au dénuement et la souffrance des autres". Il continue : "Leur capacité d'empathie est empêchée par les religions et idéologies politiques égoïstes et intéressées, telles la domination qui leur est accordée par Dieu sur toutes les autres créatures (les femmes, les animaux et la nature).

Au commencement de son livre "Brutal : Manhood and the exploitation of animals ", Brian Luke demande au lecteur d' "imaginer une chasse, un piégeage, une vivisection, un abattage ou un sacrifice animal. Imaginez les concrètement en détail, y compris en attachant des noms et des visages à ceux qui tuent des animaux. Maintenant, imaginez une manifestation contre une des institutions précédentes, de nouveau en mettant des noms et des visages sur les manifestants. Qu'est ce que vous voyez ?". 
Sa réponse ? "Plus que probablement, vous aurez vu des hommes tuer, et des femmes protester".

Comme moi, Luke s'intéresse non pas tant à la raison pour laquelle les femmes s'opposent à l'exploitation animale, qu'au fait que les hommes la soutiennent. Pour autant que je sois concerné, la compassion n'est pas un attribut basé sur le genre. Elle est en nous, innée -nourrie par l'éducation que nous recevons, les valeurs instillées par la famille et la société, et les choix que nous faisons dans nos vies. Aussi, pourquoi les membres de mon genre sont-ils apparemment aussi amoureux de la violence ?

Une raison est sûrement que nous sommes habitués à être en position de contrôle et de pouvoir. Le corollaire est que si ce contrôle et ce pouvoir sont menacés, ceux habitués à l'exercer se vengent contre les plus faibles qu'eux. En tant que gay, je suis conscient de la façon dont je suis perçu par les hétéro-sexistes : féminisé, donc moins puissant. En tant qu'homme, je suis trop conscient de mes propres attentes à être le boss, à commander naturellement l'attention et le respect, simplement parce que mon genre a, pendant des siècles, été habitué à la position métaphorique et réelle d'hôte présidant la table.

Selon moi, si le véganisme et la non violence doivent dire quelque chose au-delà d'une simple préférence de régime, et d'un noble et inaccessible idéal, alors nous devons saisir que nos tendances - aussi bien masculines qu'humaines- sont de nous imposer aux autres, et de tenter de les manipuler pour atteindre nos buts. Nous devons rester ouverts à la possibilité que nous n'avons pas toutes les réponses, que l'humilité et l'attention inspirent les autres à travers nos comportements, qu'elles sont aussi expressivement valides en terme de leadership que les postures, le bruit ou ou les jugements hâtifs sous couvert d'autorité.

En fait, tout engagement au véganisme et à la non violence doit être enraciné dans une complète humilité, simplement parce que l'ahimsa (non-violence) est impossible. "Les humains ne peuvent, même pour un moment, vivre consciemment ou inconsciemment sans commettre l'himsa (violence), disait Gandhi. "Le fait est que vivre -manger, boire, se mouvoir- implique nécessairement la destruction de la vie, à chaque minute." (Borman, 1988, 185). Aussi, être un authentique végane, c'est reconnaître le fait qu'on ne peut jamais être végane ; s'engager à la non-violence est reconnaître combien nous sommes, en qualité d'êtres humains, en colère, déçus, frustrés, ou simplement irrités - et continuer néanmoins à poursuivre la non violence. Comme Gandhi, j'aime l'idée que la réconciliation paradoxale et pragmatique d'être végane dans un monde de mangeurs de viande est impossible, et en même temps qu'elle est idéale pour créer un monde fondé sur la compassion, la vérité, la non violence et la justice. "

Traduction des pages 166, 167, 168 de GROWL par Kim Stallwood. Chapitre What is non violence ?


* Traduction libre de la citation de Virginia Woolf en début de billet :
"Rarement un être humain au cours de l'histoire est tombé sous les balles d'une femme ; la vaste majorité des oiseaux et des bêtes a été tuée par vous, pas par nous ; il est difficile de juger ce que nous ne partageons pas".
** Dans ma traduction, j'ai préféré le français épicène végane au terme anglais vegan. On peut aussi écrire végétalien.

jeudi 16 juillet 2015

Le mouvement pro-animaux : croisade morale ou mouvement social ?

Fin mai 2015, j'ai assisté au colloque international "La libération animale 40 ans après" organisé par le laboratoire de langues de l'Université de 
Rennes 2. L'invité d'honneur était Peter Singer, philosophe australien utilitariste dont le livre succès mondial en librairie paru en 1975 " La libération animale" (page Wikipedia ici avec résumé de l'argument) fête ses 40 ans : le moment de faire le point sur le combat pour changer le statut de l'animal dans nos sociétés.


Je n'ai pas assisté à toutes les conférences qui ont duré deux jours : j'ai entendu celle de Peter Singer qui a introduit le cycle, celle de Kim Stallwood qui donne son nom à mon billet, et celle de Anne Zielinska, professeure de philosophie morale à l'Université Paris1- Panthéon Sorbonne.

Peter Singer rappelle d'où nous venons :
La Genèse : Dieu crée l'homme à son image et lui donne tous pouvoirs sur les animaux. Après la Genèse, Aristote : les plantes vont aux animaux et les animaux aux humains ; Thomas d'Aquin : It doesn't matter how humans treat animals because God has subjected  all THINGS to man's power (Peu importe comment les humains traitent les animaux puisque Dieu a soumis toutes CHOSES au pouvoir de l'homme) ; puis arrive l'animal automate de Descartes ; Kant : "Nous n'avons aucun devoir envers les animaux car ils n'ont pas conscience d'être" ; comparer humains et animaux est offensif aux humains, idée encore très prégnante aujourd'hui, à preuve les remarques que nous nous attirons régulièrement quand nous plaidons la compassion envers les animaux ! Égalité dans la souffrance, égalité en considération, professe Peter Singer, philosophe utilitariste.
" Le spécisme est un préjugé, une attitude ou un biais envers les intérêts des membres de notre propre espèce, contre les membres des autres espèces ".

Puis Peter Singer rappelle les données suivantes : par an, 100 millions de vertébrés sont tués pour la recherche, 60 milliards (Chiffres FAO) d'animaux vertébrés sont tués pour l'alimentation humaine, non inclus les poissons : 1,3 trillions hors bycatch (les prises accessoires qui sont considérables !). Notre tolérance à la maltraitance animale baisse régulièrement : le public ne veut plus voir d'animaux maltraités dans les films. Ne mangeant ni viande, ni poisson, ni poulet, le nombre de végétariens / véganes augmente de façon régulière, et la consommation de viande baisse, sauf en Asie. Les recherches sur les mots vegan, végétarisme sont en hausse constante sur Google. Puis il y a une prise de conscience environnementale et climatique. Des directives européennes ont été promulguées contre les cages à truies, veaux, poules pondeuses, et les tortures infligées dans les labos de recherche sont désormais punies par la loi, grâce à l'activisme des défenseurs des animaux. Les chimpanzés et les grands singes seront bientôt reconnus comme des personnes juridiques. Selon Peter Singer, le statut des animaux et la cause animale avancent.

Kim Stallwood est activiste britannique de la cause animale, auteur de Growl, ex directeur exécutif, notamment de BUAV devenu Cruelty free International, et de PETA USA, lorsqu'ils étaient encore une association locale. Kim Stallwood rappelle les trois écoles du mouvement de protection animale : l'utilitarisme de Peter Singer, les droits naturels de Tom Regan (The case for animal rights), philosophe abolitionniste, théoricien du droit des animaux, "les animaux non humains ont des droits moraux", et les écoféministes : Carol Adams, Josephine Donovan, Lori Gruen, et Marti Kheel pour citer les plus notables. Je rappelle que même s'il est quasiment inconnu en France, le mot "écoféminisme" a été inventé par la féministe française Françoise d'Eaubonne dans Le féminisme ou la mort publié en 1974 !
" L'écoféminisme est une philosophie et un mouvement politique qui combine les problématiques écologistes et féministes, en regardant les deux comme les résultantes de la domination des hommes sur la société ".

Citation de Marti Kheel (Fondatrice de FAR : Feminists for Animal Rights) dans cet article de Françoise Stéréo : "Au début des années 80, Adrienne Rich soutenait que dans une société patriarcale, l’hétérosexualité n’est pas un choix ou une préférence ; c’est une norme institutionnelle destinée à maintenir les femmes dans un rapport de sujétion physique, économique et émotionnelle. Il en va de même avec l’alimentation carnée. Celles et ceux qui rejettent la norme dominante en adoptant un mode de vie végane se heurtent à des obstacles très similaires à celles qui remettent en question la norme hétérosexuelle. Marti Kheel résume ainsi l’intrication des luttes : « Tout comme une femme est considérée comme incomplète sans un homme, les aliments végétariens sont considérés comme incomplets sans l’ajout de chair.".

Revenons à Kim Stallwood : le mouvement pour les animaux, croisade morale ou mouvement social ? Alors que la croisade morale (stade où en sont encore pas mal de militants de la cause animale) est une option individuelle, un choix de vie personnel, capable pour les plus convaincants d'"évangéliser" quelques autres, le mouvement social agrège des individus de plus en plus nombreux qui, ensemble, exigent des gouvernements des politiques publiques, des lois, et l'application sans faille de ces dernières. A l'instar du mouvement d'abolition de l'esclavage, des mouvements ouvriers au XIXè siècle, du mouvements des noirs américains pour leurs droits civiques, des féministes suffragistes obtenant le droit de vote pour les femmes, ou du mouvement des gays et lesbiennes pour obtenir les mêmes droits à l'union civile que les autres membres (hétérosexuels) de la société. Kim Stallwood y voit 5 phases de progression de l'influence du mouvement :
- L'éducation du public,
- Les politiques publiques,
- Le vote de lois,
- L'application de ces lois,
- L'acceptation par la société.
Donc, le mouvement pour les animaux doit devenir plus adulte, plus organisé et complexe, plus politisé. Il rappelle que les élections sont des opportunités pour soulever la question animale. La plupart des politiciens ne s'intéressent pas aux animaux, ils pensent qu'il s'agit d'un sujet sans importance. Oubliant que le "complexe industriel animal", autrement dit les industriels de l'agro-alimentaire, sont une force politique puissante faisant constamment pression sur les politiques pour que surtout l'actuel non statut de l'animal reste la norme, afin qu'ils puissent continuer leurs activités -de vivisection pour les laboratoires, d'élevage concentrationnaire maltraitant pour les éleveurs abatteurs, leur "spectacles" pour les zoos, delphinariums, cirques... Le mouvement pour les animaux doit briser ce cercle d'influence unilatéral en mettant les animaux dans la politique.
"Put animals into politics ".

Anne Zielinska  - Quels droits pour les animaux ?
Invoquant la Magna Carta, première charte des droits humains du monde anglo-saxon, imposée par ses sujets à Jean sans terre au XIIIème siècle, Anne Zielinska rappelle que le droit est accordé après une lutte et une exigence, pas sur des considérations morales ni philosophiques. On accorde un droit à celui qui sait le réclamer. Le droit est entièrement construit, non basé sur la morale, il se revendique : c'est une volonté commune exprimée et organisée socialement. Il n'y a pas de droits "naturels", tout est socialement construit, revendiqué, milité, organisé. "Le travail critique et reconstructif fait sur la notion des droits de l'homme ne s'appuie pas sur les prétendus droits moraux ou naturels, il n'a pas été fait dans ce contexte".
Anne Zielinska rappelle que les animaux subissent une triple 
exploitation : dans le travail (comme les ouvriers), la reproduction (comme les femmes) et enfin pour leur viande, quand ils sont à bout de force. Les patrons et les capitalistes ne mangent pas leurs ouvriers (ni les maris leurs femmes) quand leurs corps sont épuisés. "On ne devrait pas avoir le choix entre œufs de batterie (de cages) et œufs de plein air, il devrait y avoir une loi qui interdise les conditions d'élevage inacceptables".

Les textes de ces deux jours de conférence seront publiés et disponibles en décembre 2015 aux Presses Universitaires de Rennes.

"... la violence que nous infligeons aux animaux partage les mêmes racines que la dévastation que nous causons à l'environnement et la misère que nous infligeons à notre propre espèce -celle du corpus des idéologies (philosophiques, politiques et spirituelles) qui encadre les gens à la marge, incluant les femmes et les enfants, les animaux et la nature, que nous instrumentalisons pour notre usage- cette violence nous a conduits à plus d'aliénation pour nos familles, les autres espèces, notre maison planétaire, et finalement nous-mêmes.
Kim Stallwood - Growl - 2014

En conclusion, j'aimerais citer un autre paragraphe de Growl, où Kim Stallwood jette les bases d'une théorie politique de la citoyenneté animale en citant les deux auteurs de Zoopolis, Donaldson et Kymlicka :
" Certains animaux devraient être vus comme formant des communautés séparées, souveraines sur leurs propres territoires (les animaux sauvages, vulnérables à l'invasion humaine et à la 
colonisation) ; d'autres animaux sont comparables aux migrants et aux habitants qui choisissent de venir s'installer près des zones d'habitation humaine (les animaux opportunistes) ; et enfin, ces animaux qui devraient être considérés comme citoyens à part entière de la polis (cité), à cause de la façon dont ils ont été élevés à travers les générations, et de leur interdépendance avec les humains (les animaux domestiques) ".  

samedi 11 juillet 2015

Dans la torpeur de l'été, petite revue de web

Période de "ferias" partout dans le monde méditerranéen : Espagne, Mexique et bien sûr, France, puisque les espagnols au XIXème siècle ont voulu étendre leur "marché" de la brutalité et de la torture infligées aux animaux : San Firmin, Pampelune, Béziers, etc... villes de manifestation de la petite virilité masculine, et de leur énorme lâcheté.




Foutre le feu à un dispositif fixé sur les cornes d'un taureau et le défier constitue une des pires mauvaises actions de mecs excités à front bas, qui n'ont manifestement pas l'électricité à tous les étages ! Et la société a la plus grande tolérance pour ces pratiques de mâles des cavernes. D'ailleurs, ce n'est même pas sûr que les hommes des cavernes aient été aussi stupides.Quand on pense qu'ils ont le pouvoir pratiquement partout, notre espèce est vraiment inconséquente de leur laisser la gouvernance du monde. N'importe quelle autre espèce responsable les aurait disqualifiés. Même si quelques happy few (vraiment few !) laissent parler leur compassion pour les êtres.

"La pratique de la virilité entr[e] de plus en plus en contradiction avec la vie sur la planète "
Kate Millet - La politique du mâle - 1969

Il y a toutefois des "hétérotes" à la botte (la lecture de Virginie Despentes améliore nettement mon vocabulaire :) qui trouvent que les hommes, décidément, ramollissent. Je vous laisse cliquer sur le lien angrywomenymous pour une explication de texte, notamment sur la mauvaise action de Causeur. J'ai lu quelques articles sur leur site Internet, franchement, c'est le creux estival ! Ne l'achetez pas, vous allez regretter vos 5,90 €, même pour un numéro double !

Sommaire qui tache :
Actualités
• Harcèlement : et si on inversait les rôles ?
Dossier
• Brigitte Lahaie : « Najat Vallaud-Belkacem me fait penser à un pitbull »
• Et le féminisme créa la pouffiasse
• Pères divorcés : jamais sans mon fils

Les Nouvelles News parlent de l'interview de Brigitte Lahaie en édition abonnées.Mais les commentaires sont accessibles.

Causette, j'en ai lu deux numéros, donnés un par une amie, l'autre par ma coiffeuse. Je n'ai jamais trouvé que leurs articles, (à défaut de leurs
idées ?) étaient féministes. Et il faut admettre leurs couvertures. Celle de cet été est on ne peut plus dans le pire de ce qu'on voit partout : animalisation des femmes et féminisation des animaux : qu'est ce qui est plus cliché sexiste spéciste que l'association femme / volailles : dindes, poules, oies ? Les deux se renforçant mutuellement. On n'en peut plus, même au 100ème degré !

Actualisation 14 juillet 2015 :
En 2004, sous le gouvernement Labor (travailliste) de Tony Blair, les anglais avaient courageusement voté l'interdiction de la sanglante chasse aux renards. En 2015, sous le gouvernement Tory (conservateur) de David Cameron, largement réélu en début d'année, cette loi est remise en cause par le lobby des éleveurs qui, comme toujours, accuse les animaux sauvages de contaminer leurs élevages, alors que ce sont leurs mauvaises pratiques qui leur apportent la peste. Au fond, la peste, ce sont les éleveurs, ces irréductibles ennemis de la nature, de la vie sauvage et de la biodiversité ! Les activistes pour les animaux sont donc en campagne sur Internet et partout, pour que la loi reste en l'état. Comme toujours, ce sont les lois protégeant les plus faibles, les sans voix, qui sont sujettes à remise en cause.
Don't turn back the clock ! #KeepTheBan.

vendredi 3 juillet 2015

Les "Amazones de la terreur"

Sur la violence politique des femmes, de la Fraction Armée Rouge à Action Directe. Par Fanny Bugnon - Petite Bibliothèque Payot Editeur.

" L'anthropologie sociale a démontré que faire couler le sang était proscrit pour les femmes, soumises à l'écoulement incontrôlé et souillant du sang menstruel, quand il coule volontairement chez les hommes en raison de leurs activités guerrières ".

Dans les années 60/70, sévissait le terrorisme de groupuscules d'extrême gauche sous forme "d'expériences révolutionnaires armées", notamment sous les appellations de Fraction Armée Rouge (RAF) en Allemagne, Action Directe en France, les Brigades Rouges en Italie et, au Japon, l'Armée Rouge Japonaise. Ce qui caractérise ces groupes, c'est que des femmes, non seulement y étaient partie prenantes, mais elles en étaient soit les fondatrices ou co-fondatrices (Groupe Baader-Meinhoff, Groupe Rouillan-Ménigon...) et dans tous les cas, elles en constituaient la moitié des effectifs. Ce dont vont s'étonner les médias de l'époque : des femmes terroristes, dérangeant l'ordre social des sexes, tuant à bout portant leurs victimes -le Général Audran en 1985 et surtout Georges Besse, assassiné par deux femmes, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron le 17 novembre 1986, en bas de son domicile parisien, vont frapper les esprits.

" Il n'est pas question d'une quelconque "masculinisation du terrorisme" tant le phénomène est pensé à partir d'un référentiel masculin ".

Le livre de Fanny Bugnon aborde le traitement par la presse de l'époque de la survenue de femmes, à égalité avec les hommes, dans ces phénomènes extrêmement violents. Renvoi à leur catégorie de sexe, construction de représentations, appel aux mythes, psittacisme et manque d'imagination : la bande à Bonnot ayant défrayé la chronique au début du siècle, on va commodément reprendre le terme : les groupes d'extrême-gauche vont devenir la "Bande à Baader", et la "Bande à Rouillan", et encore, dans les années 70 et 80, on n'avait pas les chaînes tout info qui ne savent rien mais tiennent l'antenne 24 H sur 24 ! Vous en avez assez d'entendre "loup solitaire" ou "loup déguisé en mouton", litanie des médias en boucle d'aujourd'hui pour qualifier les "djihadistes" islamo-fascistes ? Ne vous plaignez pas : ce sont des hommes commodément animalisés pour les exclure de l'humanité (il n'y a bien entendu de loups solitaires que dans l'espèce loup) mais ils sont dans leur rôle : la violence EST masculine, tenez-le vous pour dit. "Les hommes ne sont pas distingués par leur sexe, renvoyés à un neutre réaffirmant la norme du masculin dans l'exercice de la violence". Mais les femmes SONT le sexe, elles mettent des enfants au monde, elles nourrissent leurs petits au sein, celles qui tuent à bout portant un homme, "sans concours masculin" qui plus est, transgressent ces lois intangibles, elles seront accusées de "féminiser" le terrorisme !
Déviantes, suiveuses, "soumises (forcément) à un ascendant masculin", ou amoureuses, "elles sont mues par la passion et non par la raison". Sont-elles intellectuelle politisée comme Gudrun Ensslin, ou journaliste rédactrice en chef d'une revue d'extrême gauche comme fut Ulrike Meinhoff, ou militante syndicale comme était Nathalie Ménigon, écrivent-elles des articles et des proclamations pour affirmer leurs engagements ? Peu importe, rien n'y fait, elles sont inaudibles, car femmes.

Perverses, forcément...
Les journalistes dénichent des témoignages sur Nathalie Ménigon : elle "haïssait ses petites copines de classe", alors que, "à deux ans déjà, elle adorait les lapins" ! Quelle petite fille n'a pas eu de détestations pour des copines de classe et n'adore pas tous les animaux à fourrure ou à
plumes ? C'est le contraire qui étonnerait.

Comme toujours, on convoque la mythologie pour qualifier ces femmes, combattantes politiques : sorcières (la "crinière rousse" de Joëlle
Aubron !), égéries, passionarias (a-t-on jamais entendu parler d'un passionario ?), Amazones, Furies, Anges noirs, Anges exterminateurs de l'Apocalypse, les psychiatres et psychanalystes qui feraient bien de s'analyser eux-mêmes, rappliquent pour rappeler l'ordre social patriarcal. D'autant qu'après mai 68, la mode unisexe fait rage : pantalons pour tout le monde. Si on ne peut plus distinguer le mâle de la femelle, où va-t-on ? Ces "féministes" (certaines vont se revendiquer telles) mais le mot est stigmatisant dans la presse, "sèment le chaos". Depuis le temps que les mecs sèment la terreur et le chaos, personne n'en a jamais fait un tel foin ! Le livre est truffé de citations de la presse déchaînée (Le Monde, Paris Match, Le Figaro...), à lire au bord parfois, du fou rire nerveux. Citation du Figaro du 3 août 1977, qui découvre stupéfait qu' "un terroriste allemand sur deux est une femme" ! Oui, comme un homme sur deux est une femme, c'est quand même dingue qu'il faille le rappeler à tout bout de champ.

" Elles s'inscrivent résolument dans le registre du désordre, au panthéon des femmes fortes et des femmes vénéneuses, celles par qui le mal arrive. [...] Résolument dépolitisé, le traitement dont elles font l'objet, qu'il passe par leur vie sentimentale, leur corps ou leur trajectoire militante, s'inscrit dans le registre d'une dangerosité proportionnelle à la dissonance qu'elles incarnent à l'égard des normes de genre. "

Érudit, documenté, féministe grand teint, argumenté, didactique et militant, rappelant précisément l'histoire récente à toutes celles et ceux qui l'ont  vécue, ce livre vous plaira comme il m'a plu, sans aucun doute. A lire et à faire lire, mon billet n'étant qu'un court résumé.

ELLES ONT FAIT LE CHOIX DES ARMES


Nathalie Ménigon - 1957-  Militante syndicale, membre fondatrice d'Action Directe - Condamnée à la prison à vie en 1989, libérée sous conditions en 2008. Elle n'a pas le droit de s'exprimer sur ses actions passées.


Joëlle Aubron - Militante d'Action Directe - 1959-2006 - Condamnée en 1989 et 1994 à la réclusion perpétuelle - Morte d'un (dernier) cancer en 2006.


Ulrike Meinhoff - 1934-1976 - Journaliste, cofondatrice avec Andreas Baader du Groupe Fraction Armée Rouge en Allemagne dans les années 70, et


Gudrun Ensslin - 1940-1977 - Universitaire, cofondatrice avec Andreas Baader de la Fraction Armée Rouge. Toutes deux sont mortes, ainsi que leurs camarades hommes, dans des circonstances étranges au bloc de haute sécurité de la prison de Stuttgart-Stammheim. Les rapports officiels ont conclu au suicide.


Fusako Shigenobu - 1945- Cofondatrice de la Japanese Red Army. Evadée en Palestine, elle combat aux côtés du FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine, marxiste-léniniste). Condamnée en 2006 au Japon à 20 ans de prison, elle purge toujours sa peine en luttant contre un cancer.

Je ne montre que les plus emblématiques, collectivement, elles représentaient la moitié des effectifs de ces groupes, soit plusieurs dizaines, en France, en Italie, en Allemagne, au Japon, et même si le terrorisme est une impasse dans le combat politique aussi noble soit-il, elles font partie de l'histoire, elles y ont pris toute leur place, qu'elles ont payée de leur liberté, de leur santé et de leur vie, comme les hommes. Elles agissaient à visage découvert car "à la différence du banditisme classique, les militant-es des organisations révolutionnaires ne dissimulent jamais leur visage au cours des opérations de financement ou d'attentats". Il n'y a donc aucune raison, sauf à vouloir comme toujours évincer les femmes, de leur appliquer un double standard. Elles n'étaient pas, surtout à cette époque de combats féministes, à la remorque des hommes.

"Aujourd'hui, aux quatre coins de la planète, des femmes continuent de faire de la violence un moyen d'action politique, quitte à mettre, en plus de celles de leurs victimes, leur propre vie en jeu. Que ce soit dans les rangs de la New people's Army aux Philippines, des mouvements naxalistes en Inde, des Forces Armées Révolutionnaires en Colombie (FARC), des groupes pro-palestiniens ou des séparatistes tchétchènes, ces femmes demeurent toujours perçues à travers un filtre quasi identique : celui des "amazones de la terreur. "

Liens supplémentaires
Terrorisme : histoire et définitions 
Sociétés et terrorisme par Michel Wieviorka